Le tout premier usage du calendrier milésien est la réappropriation de la durée du jour selon la date dans l'année, qui est une fonction de base de tout calendrier solaire en phase avec les saisons. Cette facilité est destiné à tout utilisateur.


Plus largement, le calendrier milésien est pertinent dès qu'il s'agit de représenter des phénomènes corrélés aux saisons. Les éventuelles corrélations aux solstices et équinoxes apparaissent immédiatement. De nombreuses études des domaines météorologiques et climatiques gagneraient à utiliser le référentiel milésien.


Ces usages scientifiques seront d'autant plus efficaces que le calendrier milésien sera enseigné dans le cadre de la formation initiale. Or le calendrier milésien présente un intérêt pédagogique en géographie astronomique, pour décrire le mouvement de la Terre autour du Soleil et faire prendre conscience du cycle des saisons. Remplacer les traditionnelles séries des 21 (décembre, mars, juin, septembre) par les mois milésiens permet d'ancrer le calendrier civil comme représentation du cycle des saisons, et fait prendre conscience de l'inégalité des saisons vraies. En effet, les mois étant réguliers par construction, l'occurrence des saisons vraies à des dates différentes des 1er de mois oblige à constater l'écart des durées de saisons par rapport au quart de l'année tropique.


Dans le domaine historique, le calendrier milésien permet une datation dénuée d'ambiguïté et représentative de l'avancement du cycle saisonnier. Ce référentiel stable permet de maîtriser la coexistence des calendriers julien et grégorien en Europe au 17e siècle. Il permet de se faire une idée plus juste de la réalité des saisons à la fin du Moyen-Âge, et aussi dans les périodes reculées de l'Antiquité, alors que le calendrier julien ne donne qu'une référence illusoire de la saison en fonction de la date.


De nombreux exemples sont donnés dans le blog du calendrier milésien accessible par le bouton en tête de page et via le menu. Nous donnons dans cette section quelques exemples particulièrement emblématiques.